Allez explorer !
L'araignée n’est jamais prisonnière de sa toile le serpent ne meurt pas de son venin l’homme chavire en son mal être
I l y a quelques mois, j’avais écrit un post sur la crise sanitaire que nous vivons “une crise salutaire ?”…mais la crise persiste ! Je sais, la littérature relative à cette crise quoique redondante est déjà conséquente. En réalité cela ne fait que commencer car nous sommes toujours dans l'œil du cyclone et nous sommes encore loin du compte. Nous sommes loin d’avoir épuisé l’analyse relative à l’origine de la crise où les causes anthropiques et naturelles se...
J ’avais écrit il y a quelques temps un post un peu philosophique sur la décision, sa genèse et le triptyque qui la détermine de mon point de vue. Souvenez-vous, cela s’appelait ‘Le dilemme de l’âne’. Cette préoccupation est toujours mienne, je le concède volontiers. Une recherche constante dans l’espoir peut être vain de ne pas finir comme l’âne du Buridan! Une question d’une grande actualité aujourd’hui au regard des temps incertains, de l’importance des...
U ne question légitime : la crise sanitaire que nous vivons aujourd’hui permettra-t-elle l’apparition d’une nouvelle conscience du monde et plus particulièrement la conscience que l’humanité entière est embarquée dans une forme de destin commun ? Cette question n’est pas nouvelle. Elle surgit à chaque fois que l’humanité se trouve confrontée à une crise majeure. L’ambition qu’elle porte avait été en grande partie confiée au système multilatéral international, dont...
L e biais rétrospectif est sans doute le plus courant des biais cognitifs, c’est le fameux “je vous l’avais bien dit !” qui consiste à surestimer la probabilité d’intervention d’un événement après qu’il se soit déroulé. Dans l’après-coup, l'événement apparaît prévisible, évident même. Qu'en est-il? Les signes annonciateurs ne manquaient pas : les précédents épisodes épidémiques -Ébola-, voire pandémiques -Sida, H1N1..- ; l’environnement écologique sous...
I l serait sans doute prématuré et présomptueux de vouloir tirer une quelconque leçon de la situation de crise actuelle -encore moins d’en donner !-. Il me semble néanmoins opportun d’acter quelques constats alors même que nous sommes dans l’œil du cyclone. Un effort d’observation, un jalon de mémoire et une vision nécessairement personnelle. Peut-être aussi une envie d’être présent au présent. En tout cas, une volonté de se soustraire un bref instant au système établi...
D es semaines déjà que le mot crise sanitaire revient en leitmotiv, insistant, comme pour nous convaincre de la violence du choc ou subjuguer l’opinion. D’autres termes comme catastrophe, calamité voir apocalypse interviennent parfois et paraissent tout aussi adéquats. A bien y regarder, crise et catastrophe bien qu’assez proches n’en sont pas moins différenciés, aucunement interchangeables. Leurs étymologies différentes, peuvent nous en convaincre. Les signifiés flottants...
C’est à Ferdinand Tönnies que nous devons la distinction entre “communauté” et “société”. Celui-ci opposait deux types de rapports sociaux qu’il désignait respectivement comme communauté -Gemeinschaft- et société -Gesellschaft-. Pour la première, il parlait de proximité culturelle et spatiale. La seconde, quant à elle, restait pour lui le théâtre de l’individualisme avec pour essence l’intérêt personnel plutôt que l’intérêt général. Une dichotomie par trop...
Une petite réflexion sur les temps qui courent suivie d'une méditation poétique. Il vous appartiendra d'aller jusqu'au bout.
Chacun de nous a sans doute fait le constat -ou l’expérience- qu’il devient de plus en plus difficile d’interagir harmonieusement avec un système environnant, que nous avons pourtant largement contribué à concevoir. C’est là le résultat naturel de notre tropisme à la complexité. Nous pourrions indéfiniment -et à juste titre- nous interroger avec Edgar Morin sur le pourquoi de ce mal-ajustement. Désormais, le nombre toujours grandissant des entités en action, et donc en...

Afficher plus